Le Clichy Vélo Club au Mont-Saint-Michel

C’était un samedi après midi d’hiver froid et pluvieux, nous étions réunis pour discuter de notre
programme des sorties 2016. Nous avons l’habitude d’organiser un voyage itinérant par an et la discussion
portait sur la destination, c’est alors que notre ami Patrick arrive (en retard comme d’habitude!) avec le
parcours du tour de France 2016 qui vient d’être publié.

« avez vous vu que les deux premières étapes se déroulent chez moi en Normandie ! Et bien je vous
invite à la maison à Avranches et nous faisons le même parcours. Comme on peut l’imaginer la
proposition a très vite été retenue. Nous avons retravaillé les parcours, car si pour les coureurs du « tour
« on ferme les routes, ce ne sera pas notre cas et dans la mesure du possible on évitera les grands axes. Il
ne restera plus qu’à prévoir les hébergements. La date retenue sera le pont de l’ascension.
Et voila comment on se retrouve le 5 mai au matin devant le mont St Michel avec les copains pour une
belle randonnées de 400 km. Nous sommes dix cyclos et notre ami Michel conduira la camionnette et
sera notre ange gardien. Nous programmons nos arrêts ravitaillement environ tout les 50 km et Michel
repère le meilleur endroit et nous préparer un repas après 100 km ( n’oublions pas de rappeler Michel est
un ancien chef cuisinier !).

Il fait un temps magnifique, nous faisons la photo de groupe avec en fond le mont St Michel, pour
garder un souvenir inoubliable de ce panorama grandiose, puis c’est le départ.
Au programme Avranches ; Granville ; Sainte Mère Eglise ; Nous allons pouvoir admirer le Mont
pendant plusieurs heures, car nous faisons le tour de la baie. Le temps est superbe, le moral est au beau
fixe, les discussions vont bon train et l’allure est raisonnable. Nous empruntons des petites routes
verdoyantes très agréables bordés de jardins et de cours d’eau, nous sommes pris d’un certain optimisme
sur la facilité du parcours. La réalité du cyclisme va très vite nous rattraper car au détour d’un village
nous récupérons une route plus importante et nous arrivons sur Avranches. La première difficulté se
présente à nous (classée en 4 eme catégorie sur le « Tour »)et va remettre chacun à son niveau, les
discussions cessent, le groupe se disloque et plus personne ne rigole. Nous redescendons de l’autre coté
de la ville pour prendre la route de Granville par la côte. Le parcours est vraiment agréable et la vue sur la
baie superbe, par contre les côtes se succèdent et ce sera notre lot pour toute la journée en particulier avec
la deuxième difficulté la côte des falaises (classée aussi en 4 eme catégorie), nous serons récompensés
par le panorama. Nous traversons une succession de petites localités de bord de mer baignées de soleil, ça sent bon les vacances.

Après Granville, Michel nous attend face à la plage pour notre premier arrêt, nous enlevons les vestes et
nous mettons les lunettes de soleil, après avoir rechargé les bidons nous voila reparti, seul André va
monter dans la camionnette pour récupérer un peu d’énergie. Nous décidons de faire deux groupes en
fonction des niveaux et nous donnons RDV pour le repas.

Nous quittons le bord de mer et nous partons en direction du bocage Normand en direction de Sainte
Mère Eglise. Les routes sont en bon état et agréables à parcourir en vélo, les villages sont fleuris et la
campagne est très verdoyante. Le rythme est modéré car le parcours est très vallonné en « montagne
Russe » avec en prime un peu de vent. Après un petit cafouillage nous retrouvons Michel qui nous attend
pour le repas. Les 4 costaux ont fini de déjeuner et nous attendent avant de repartir, d’après ce que nous
entendons ils vont se régaler et le rythme sera très soutenue jusqu’à Sainte Mère Eglise.

Nous prenons notre temps, mais après un petit café (décidément Michel est au petit soin pour nous !),
nous repartons. Il y a toujours,après un arrêt prolongé, un passage à vide et cela se ressent car c’est
silencieux. Le temps est toujours ensoleillé, il fait chaud, et la campagne toujours verdoyante. La route
reprend son profil de montagnes Russes avec le vent de trois quart face. Nous passons à Créances, ou se
trouve la confrérie de la carotte, ce qui ne manquera pas de générer nombre de plaisanteries. Les
kilomètres défilent au fil des petites côtes et faux plats montants pour passer la barre des 140 km, nous
commençons à voir les premiers panneaux indicateurs mentionnant Sainte Mère Eglise.
Nous rentrons dans cette commune historique marquée par le débarquement américain de 1944 , nous
traversons la place de l’église tristement célèbre, un parachutiste étant resté accroché au clocher.
Nous arrivons à notre hôtel, Michel et les 4 costaux sont déjà douchés et nous attendent, rassurés de nous
voir arriver tous ensemble.

La soirée sera animée, autour d’un repas réparateur et nous sommes tous d’accord pour dire que ce
parcours est superbe mais usant avec le vent, alors attention Messieurs les coureurs du Tour ce ne sera peut être pas aussi facile qu’il y paraît.

Deuxième étape, aujourd’hui on rejoindra UTAH BEACH puis nous remonterons la côte en passant
par Quettehou ; st Vaast ; Barfleur, puis sous Cherbourg et retrouverons la côte pour rejoindre
Barneville Carteret. Le temps est toujours beau et tout le monde a le sourire, nous sortons rapidement de
la ville pour nous retrouver dans le bocage. Rapidement nous arrivons à UTAH BEACH, c’est l’arrivée
de la première étape du tour, les panneaux sont déjà installés et la route est parfaite. Nous nous arrêtons
au mémorial et nous mesurons l’importance du matin du 6 juin 1944. Les environs de la plage portent
encore les traces des bombardements avec tous ces cratères. Les premiers kilomètres sont silencieux car
ces lieux historiques méritent le respect et imposent de la réserve. Nous allons remonter la côte jusqu’à
Barfleur, il y a du vent mais ça reste très agréable avec de très beaux points de vue.

Nous tournons à gauche pour quitter le bord de mer et traverser la « botte « en passant sous Cherbourg et
retrouver la Manche. Le bocage est vert, les pommiers sont en fleur, nous rencontrons très peu de
véhicule, c’est plutôt agréable, par contre c’est encore plus accidenté et nous nous heurtons à de
véritables bosses. Les villages se succèdent, nous traversons un écrin de verdure parsemé de petits bois
et au détour de l’un d’eux nous retrouvons la mer toute bleue en contre bas, la vue est magnifique
d’autant qu’avec le soleil descendant la lumière accentue la beauté du site. Nous descendons pour
retrouver une route avec une circulation plus importante jusqu’à Barneville Carteret. Nous pensions finir
en roue libre, mais notre hôtel se situe sur les hauteurs de Barneville, il faudra donc une nouvelle fois
mettre des petits braquets. la météo nous a été très favorable et la beauté des sites inoubliable mais de
l’avis de tous cette deuxième journée aura été plus difficile que ce que l’on avait imaginé.

Notre troisième étape va nous ramener à Avranches. Afin de rouler sur des routes plus tranquilles nous
allons quitter la côte et retrouver un paysage plus familier pour nous, toujours très vallonné. Le soleil est
toujours au rendez vous et il aura fallu que nous allions en Normandie pour attraper des coups de soleil.
Nous allons nous arrêter pour déjeuner à coté d’un cour d’eau et d’un ancien pont à moitié détruit, le site
est plutôt propice à une bonne sieste au soleil et une certaine torpeur gagne le groupe ; Je suis donc obligé
de rappeler à mes amis la dure réalité du cyclo, il nous reste encore 50 km et nous sommes attendu par
un journaliste de Ouest France sur l’esplanade de la cathédrale d’Avranches. La cadence est un peu plus
soutenue, mais les dernières grosses bosses auront raison du courage de deux de nos amis que Michel
viendra récupérer, ils ne leur manquait plus que 20 km.

Avranches est en vue mais pour arriver à la cathédrale il nous faut prendre l’entrée de ville par une côte
très sèche et une circulation dense. Nous arrivons enfin sur l’ esplanade après un dernier effort et nous
sommes récompensés par une vue magnifique sur toute la région et nous retrouvons le Mt St Michel notre
point de départ.

Nous avons passé trois jours magnifiques ou une nouvelle fois nous avons fait raisonner les trois piliers
du cyclotourisme : cyclisme ; tourisme ; convivialité. Alors question, on recommençe l’année prochaine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *